Cher internaute,

Nous espérons que vous trouverez dans notre site des éléments d' information, des pistes de réflexion et des axes de recherche dans le champ de la pédopsychiatrie.

  • Nous n’avons pas vocation à répondre à des demandes individuelles de conseils, d'aide et de soutien psychologique.
  • Nous ne sommes pas habilités à vous aider dans vos recherches de stages ou d’emploi dans quelque domaine que ce soit.

En revanche, nous étudierons avec plaisir les propositions de publications en ligne de vos propres recherches ou d'annonces de journées de travail dans notre domaine d’intérêt.

Une seule adresse pour nous contacter : webmaster@psynem.org.

Cordialement
L’équipe de Psynem

L’adolescent et la tentation suicidaire

Le suicide est l’une des premières causes de mortalité à l’adolescence. Ce drame individuel retentit sur la famille et l’entourage pour qui il demeure trop souvent incompréhensible. Comment tenir compte de cette onde de choc traumatique lorsque l’on est parent, enseignant, éducateur, médecin, psychologue ? Comment entendre la tentation du suicide ? Il importe de distinguer le suicide de sa tentative, ou encore la radicalité d’un passage à l’acte d’un recours à l’acte adressé à un autre. Le désespoir de n’être jamais aimé, en lien avec le relâchement objectal propre à l’adolescence, peut pousser au suicide. Plus souvent, le suicide apparait comme une alternative au désir de tuer l’objet à l’intérieur de soi, qu’il soit idéalisé ou haï. Ce mouvement régressif, traiter soi-même comme un objet, amène à un constat implacable dressé par Freud : dans le suicide, c’est le moi qui est en vérité terrassé par l’objet.

Ce colloque explorera les fantasmes inconscients articulant désirs sexuels et voeux de mort à l’adolescence. La clinique qui en résulte est composée de violence et d’agressivité qui renvoient d’un côté au désir de mourir et de l’autre à des souffrances subjectives sollicitant une réponse contenante voire soignante de l’environnement. Entre l’isolement mélancolique et la tentative de ranimer des liens trop fragilisés par l’épreuve de l’adolescence, ce colloque interroge les raisons qui peuvent pousser un adolescent à vouloir mourir ou à fantasmer sa propre mort. Cette perspective tend, si ce n’est à prévenir les agirs auto-agressifs, à mieux les comprendre pour entendre les signaux de désespoir ou d’espoir là où les adolescents continuent de souhaiter notre présence incarnée, une vivance du lien que nous pouvons maintenir avec eux, touchant autant les pratiques du soin que celles du champ social dans toute sa diversité.

Colloque organisé par le Collège International de L’Adolescence (CILA).
Avec la collaboration de l'Université Catholique de Lyon (UCLy)
Comité d’organisation : Florian Houssier, Brigitte Blanquet, François Marty