Contenu des formations

Les contenus de nos formations sont en lien direct avec les objectifs de l’association tels que précisés dans ses statuts et qui dorénavant seront mis en pratique au cours des trois étapes proposées par le DPC :

  • Étape 1 : l’analyse des pratiques professionnelles
  • Étape 2 : l’acquisition/perfectionnement des connaissances/compétences
  • Étape 3 : la mise en place d’actions d’amélioration de la pratique.

Partant de cette configuration, et en ayant pour objectif d’en organiser les développements et les articulations, la Cippa fera état :

  • Des recherches en cours concernant les pratiques et les évaluations
  • Des liaisons avec les autres domaines scientifiques concernés
  • De l'articulation des psychanalystes avec les autres professionnels impliqués dans le traitement de l’autisme : psychopédagogues, orthophonistes, psychomotriciens, enseignants, éducateurs, infirmiers, ergothérapeutes etc
  • Des réflexions à mener concernant les meilleures manières d'aider les familles afin d’installer un indispensable partenariat
  • De proposer des activités de formation à tous les personnels concernés par l'autisme, (membres ou non de la Cippa) : des groupes d'études théorico cliniques, de supervision, de réflexion et de formation, ainsi que des séminaires, colloques et congrès. »

Des réticences concernant les abords éducatifs ou psychodynamiques sont encore très présentes. Les formations de la Cippa ont pour but essentiel de faire comprendre combien ces réticences créent des clivages préjudiciables à l'évolution des personnes autistes.

Nous insisterons toujours sur l'importance d'une lecture plurielle dans le cadre de l'observation, des différents suivis et des apprentissages. Cette lecture à plusieurs niveaux permet aux professionnels d'observer les capacités cognitives dans leur articulation avec les réactions affectives, émotionnelles, sensorielles et corporelles de l’enfant autiste.

Le soin et l’accompagnement de la personne autiste nécessitent une approche intégrative. Des articulations sont indispensables entre les apprentissages, les re-éducations et l’abord psycho-thérapeutique. Les clivages professionnels doivent être dépassés afin d’éviter les méfaits qu’ils génèrent. Ceci faisant état des recommandations de l’HAS.

Le programme de formation est vaste et la Cippa s'adapte aux demandes qui lui sont faites. Les formateurs, membres de la Cippa, psychothérapeutes psychanalystes ou membres associés, sont à la fois familiers et concernés par l'articulation entre l'approche psychodynamique, les évaluations cognitives et projectives, les approches éducatives, les modalités de communication augmentative et alternative au langage verbal ainsi que les avancées des neurosciences, de la génétique et des sciences cognitives.

Les évaluations diagnostiques

Les recommandations de la HAS en matière de diagnostic et d’évaluation ont fait l’objet d’un large consensus et la Cippa souhaite contribuer à leurs mises en œuvre dans les institutions accueillant des personnes autistes, afin d’améliorer la qualité des projets de soin et d’accompagnement individualisés. C’est dans ce but qu’elle apportera des bases de connaissance concernant la CHAT-r, la grille Préaut, la grille Carel, la CARS, la Vineland, les PEP-r et 3, l’ADI et l’ADOS. Ces évaluations n’étant pas exhaustives. Elle insistera sur la nécessité absolue de proposer des observations, des évaluations précoces puis des suivis précoces sachant combien doit être soulignée l’importance de la plasticité cérébrale. Les évaluations projectives qui seront proposées, le seront en tenant compte des capacités psychiques et cognitives des personnes autistes : accès au langage, langage corporel, accès au pré-symbolique et au symbolique.

Il est clair que tous les formateurs ne seront pas tous formés à toutes les évaluations mais ils en ont une connaissance suffisante pour les présenter et en faire comprendre l’intérêt et la nécessité aux stagiaires. Des formations plus approfondies sur l’utilisation de certains outils d’évaluation peuvent être proposées sur demande.

Les observations informelles proposées par les équipes ne sont pas à négliger si elles peuvent aider les professionnels à répondre à leurs interrogations concernant à la fois l'état de la personne autiste, et le partenariat à établir entre eux et avec les parents. Elles sont utiles durant l'observation des premières semaines d'intégration dans l'institution, elles permettent de prendre le temps de réfléchir au type d’activités à proposer, et de renforcer par la suite le consensus d'équipe et le travail en réseau. Certaines équipes ont pu ainsi établir leur propre grille interne, grille qui est périodiquement remplie par tous les professionnels concernés par la personne autiste e qui est discutée avec les parents.

Après ce premier temps d’évaluation informelle, la formalisation des évaluations est nécessaire.

Précisons que :

  • Le diagnostic est un droit des personnes autistes et qu’il doit être obligatoirement donné à leurs parents. (Loi 2005).
  • Les CRA n’ont pas vocation à faire les diagnostics de toutes les personnes autistes et ne devraient accueillir que les cas les plus complexes. Ils ont à informer et à former les équipes à toutes les évaluations.
  • Une équipe formée aux évaluations se dote d'informations qui ne peuvent que contribuer au consensus d'équipe et à une nécessaire politique de réseau incluant, bien entendu, les parents.
  • En raison de l'élargissement du champ nosographique de l’autisme et des TED, les stagiaires ont une demande importante concernant les diagnostics différentiels ou associés.

En conclusion, toutes les évaluations doivent servir à aider l'équipe, les parents et les personnes autistes elles-mêmes. Elles doivent permettre d'établir un partenariat entre l'équipe institutionnelle, les intervenants extérieurs et les parents autour d’un projet individualisé. Elles sont à réactualiser autant que nécessaires.

Les approches éducatives

Il s’agit de diffuser les informations du socle des connaissances établi par la HAS ainsi que les recommandations pour la prise en charge sans pour autant négliger les différents abords des difficultés émotionnelles et relationnelles des personnes atteintes de TSA.

L’observation clinique attentive est déterminante mais l’est également la prise en compte des périodes de fixation et d’apparition des marqueurs. Ces points de repère permettront de différencier les différentes pathologies aujourd’hui réunies sous le terme de TSA. Nous abordons dans ces formations une compréhension psychodynamique et cognitive du développement et de ses troubles basés à la fois sur le repérage de la nature des angoisses dominantes et des défenses et sur les déficiences neurologiques et génétiques qui nous sont aujourd’hui connues.

Aucun programme éducatif standard exclusif ne saurait s'imposer.

Les personnes autistes ont des modes de fonctionnement très divers qu’elles utilisent en fonction de leur compréhension/incompréhension du langage verbal, de leur mode de perception sensorielle (hypo, hyper, absence de comodalité) et de leurs dysharmonies.

Les stratégies, qu'elles soient éducatives : TEACCH, ABA, ou développementales : DENVER, Thérapie d’échange et de développement ou autres ne doivent pas être proposées de façon exclusive.

Il en est de même concernant les stratégies de communication alternative au langage verbal (PECS ou MAKATON).

Toutes les approches développementales ou comportementales doivent toujours être proposées dans un contexte relationnel fort, prenant en compte les intérêts de l’enfant, et sans exclusion des approches rééducatives et psychothérapeutiques.

Ceci suppose que soit mise en perspective constante dans la formation, le dialogue dans l’équipe avec les partenaires de soins et les parents.

 

La Cippa ne propose pas une formation approfondie des approches éducatives ou développementales mais elle en détaille leurs spécificités et elle en souligne leur nécessité en articulation avec le scolaire, les soins orthophoniques, la psychomotricité, la sensori-motricité et les psychothérapies.

Une dynamique de réflexion dans les équipes est nécessaire pour que puissent être envisagées des réponses possibles à l'absence de langage, aux comportements violents ou inadéquats, aux stéréotypies, aux manifestations d'excitation sexuelle, aux troubles alimentaires, du sommeil etc...