Cher internaute,

Nous espérons que vous trouverez dans notre site des éléments d' information, des pistes de réflexion et des axes de recherche dans le champ de la pédopsychiatrie.

  • Nous n’avons pas vocation à répondre à des demandes individuelles de conseils, d'aide et de soutien psychologique.
  • Nous ne sommes pas habilités à vous aider dans vos recherches de stages ou d’emploi dans quelque domaine que ce soit.

En revanche, nous étudierons avec plaisir les propositions de publications en ligne de vos propres recherches ou d'annonces de journées de travail dans notre domaine d’intérêt.

Une seule adresse pour nous contacter : webmaster@psynem.org.

Cordialement
L’équipe de Psynem

John Bowlby, Attachement et Perte (extrait)

Extrait du livre de John Bowlby, Attachement et Perte.

« L'hypothèse proposée ici est différente de toutes celles énumérées plus haut ; elle repose sur la théorie du comportement instinctif déjà esquissée. Elle postule que le lien de l'enfant à sa mère est le produit de l'activité d'un certain nombre de systèmes comportementaux qui ont pour résultat prévisible la proximité de l'enfant par rapport à sa mère. Il n'est pas possible d'exposer en quelques mots le progrès effectué au cours de la première année de la vie, étant donné que chez l'enfant humain ces systèmes ont une ontogenèse lente et complexe et que leur taux de développement varie beaucoup d'un enfant à l'autre. Toutefois, quand l'enfant est dans sa seconde année et a acquis la mobilité, on observe presque toujours un comportement d'attachement assez typique. A cet âge, chez presque tous les enfants, l'intégrât des systèmes comportementaux en jeu est déjà activé, surtout par le départ de la mère ou par tout ce qui peut effrayer, et les stimuli qui mettent fin le plus efficacement aux systèmes sont : entendre la mère, la voir ou la toucher. Jusqu'au troisième anniversaire de l'enfant, ces systèmes continuent à être aisément activés. A partir de ce moment, chez la plupart des enfants, ils sont moins facilement activés et subissent aussi d'autres changements qui rendent la proximité avec la mère moins pressante. Au cours de l'adolescence et de la vie d'adulte, d'autres chan­gements se produisent, y compris le changement de figures vers lesquelles le comportement est dirigé.

Le comportement d'attachement est considéré comme une classe de comportement social d'une importance équivalant à celle du comportement d'accouplement et du comportement i parental. Selon nous, il a une fonction biologique qui lui est spécifique et qui, jusqu'ici, n'a guère été prise en considération.

On notera que, dans la présente formulation, il n'y a aucune référence aux « besoins » ou aux « tendances » (drives). Au lieu de cela, on considère que le comportement d'attachement est ce qui se produit lorsque certains systèmes comportementaux sont activés. Nous estimons que les systèmes comportementaux se développent chez l'enfant comme conséquence de son interaction avec son environnement d'adaptétude évolutionniste, et spécialement de son interaction avec la figure principale dans cet environnement : sa mère —la nourriture et le fait de manger ne jouant, d'après nous, qu'un rôle mineur dans leur développement. »

[...]

« Selon les témoignages que nous avons, la plupart des enfants de quatre mois environ dans un cadre familial répondent déjà à la mère autrement qu'aux autres personnes. Lorsqu'il voit sa mère un enfant de cet âge sourit et vocalise plus facilement et la suit des yeux plus longtemps qu'il ne le fait pour personne d'autre. La discrimination perceptuelle est donc présente. Pourtant, il ne nous est guère possible de dire qu'il y a comportement d'attachement avant l'apparition de signes montrant non seulement que l'enfant reconnaît sa mère mais aussi qu'il est enclin à se comporter de façon à maintenir la proximité avec elle. »

Extrait de Attachement et Perte