Cher internaute,

Nous espérons que vous trouverez dans notre site des éléments d' information, des pistes de réflexion et des axes de recherche dans le champ de la pédopsychiatrie.

  • Nous n’avons pas vocation à répondre à des demandes individuelles de conseils, d'aide et de soutien psychologique.
  • Nous ne sommes pas habilités à vous aider dans vos recherches de stages ou d’emploi dans quelque domaine que ce soit.

En revanche, nous étudierons avec plaisir les propositions de publications en ligne de vos propres recherches ou d'annonces de journées de travail dans notre domaine d’intérêt.

Une seule adresse pour nous contacter : webmaster@psynem.org.

Cordialement
L’équipe de Psynem

Paula Modersohn-Becker

 

« Paula Modersohn-Becker. L’intensité d’un regard », au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris.

Le peintre Paula Modersohn-Becker, figure majeure de l’Art Moderne, pionnière de l’Expressionnisme et auteur d’une œuvre considérable est mal connue en France. Depuis les trois grandes expositions commémoratives de 2007-2008, organisées par les musées de Brème, sous l’égide de Rainer Stamm, Wulf Herzogenrath et Anne Buschoff, des contacts étaient pris, notamment avec le musée Fabre de Montpellier, afin qu’une exposition puisse voir le jour en France. Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, organise, enfin pour la première fois, une présentation d’une centaine de peintures et dessins de cette artiste.

En 2010, Psynem avait publié dans sa rubrique « Art et Psychanalyse » un article de Michel Itty, « De la périnatalité dans l’œuvre de Paula Modersohn Becker », commentant quelques-uns des plus remarquables tableaux que l’on pourra redécouvrir ci-dessous.

Grande amie du poète Rainer Maria Rilke, dont elle fit un portrait resté inachevé, Paula Modersohn-Becker connut un destin tragique car elle mourut prématurément à l’âge de 31 ans. Ce destin tragique, avec son identité propre, n’est pas sans rappeler celui de Van Gogh, de Modigliani ou de Camille Claudel.

Formée d’abord à Berlin, Paula rejoint la communauté artistique de Worpswede, non loin de Brême. Fascinée par les Avant-gardes et cherchant d’autres inspirations, elle fait en 1900, un premier séjour à Paris, s’installe boulevard Raspail puis rue Campagne-Première, avec son amie Clara Westhoff, sculpteur, qui vient étudier chez Rodin. Si elle admire les représentants de l’Art Moderne que sont Cézanne, Gauguin, Douanier-Rousseau, elle découvre au Louvre l’Art Antique et trouve son inspiration dans les peintures funéraires égyptiennes du Fayoum.

L’artiste peint des portraits de femmes, d’enfants, - au Musée du Louvre, peu de femmes sont exposées, parmi lesquelles cependant Elisabeth Vigée-Lebrun - des nus de femmes et des bébés. Son autoportrait le plus célèbre la représente torse nu, au ventre arrondi, portant un collier d’ambre autour du cou. (Autoportrait au 6e anniversaire de mariage, mai 1906).

Paula se marie avec le peintre allemand Otto Modersohn et accouche en 1907 d’une petite fille, mais la jeune mère meurt d’une embolie dix-huit jours plus tard. Un an après sa mort, Rilke écrit le long poème élégiaque « Requiem pour une amie », dans lequel, s’adressant à elle comme à un spectre lui rendant visite, il met en question les rapports entre l’art et la vie.

 

« Je sais que je ne vivrai pas longtemps, avait-elle écrit en juillet 1900. Mais est-ce si triste ? Une fête est-elle plus belle si elle dure plus longtemps ? Et ma vie est une fête, une fête courte et intense. Chaque inspiration m’apporte un nouveau parfum, des tilleuls, des blés mûrs, du foin et des résédas. Et j’aspire et absorbe tout en moi. Et si l’amour fleurit encore en moi avant le grand voyage, et si j’ai peint trois bons tableaux, alors je veux bien partir avec des fleurs dans les mains et les cheveux !». (trad. Michel Itty)

Celle qui voulait seulement peindre, gagner sa vie et espérait « devenir Moi de plus en plus », a laissé plus de 700 toiles. Le public pourra découvrir et admirer à travers les œuvres présentées à Paris, l’audace de son art, son affirmation en tant que femme à la recherche de son intériorité, autant que la force d’expression de sa peinture.

L’exposition se tient au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris du 8 avril au  21 août 2016.

 

Références bibliographiques 

Paula Modersohn-Becker, Briefwechsel mit Rainer Maria Rilke, hrg. von Rainer Stamm, Insel Bücherei, 2008.

Rainer Stamm, Ein kurzes intensives Fest, Paula Modersohn-Becker, eine Biographie, Reclam, Stuttgart, 2007.

Paula Modersohn-Becker und die Kunst in Paris um 1900 – Von Cézanne bis Picasso, Kunsthalle Bremmen, 359 p. Hirmer, 2007.

Paula Modersohn-Becker und die ägyptischen Mumienportraits, Eine Hommage zum 100. Todestag der Künstlerin, hrg. Rainer Stamm, 220 p., Hirmer, 2007

Catalogue de l’exposition du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris sous la direction de F. Hergott ; J. Garimorth. Editions Paris Musées, 2016.

Darrieussecq M. (2016). Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker. Paris : Editions P.O.L.