Cher internaute,

Nous espérons que vous trouverez dans notre site des éléments d' information, des pistes de réflexion et des axes de recherche dans le champ de la pédopsychiatrie.

  • Nous n’avons pas vocation à répondre à des demandes individuelles de conseils, d'aide et de soutien psychologique.
  • Nous ne sommes pas habilités à vous aider dans vos recherches de stages ou d’emploi dans quelque domaine que ce soit.

En revanche, nous étudierons avec plaisir les propositions de publications en ligne de vos propres recherches ou d'annonces de journées de travail dans notre domaine d’intérêt.

Une seule adresse pour nous contacter : webmaster@psynem.org.

Cordialement
L’équipe de Psynem

Vincent van Gogh, un trouble sévère d’attachement

 

« Écrire un livre ou faire un tableau, c’est comme avoir un enfant », écrivait Vincent van Gogh dans l’une de ses dernières lettres à sa mère.

Professeur émérite de Psychiatrie à l’Université de Montréal, membre de la Société Canadienne de Psychanalyse, Yvon Gauthier s’appuie sur les travaux des biographes de Vincent van Gogh, sur l’abondante correspondance de l’artiste à sa famille et en particulier celle adressée à son frère Théo, sur les nombreuses explications diagnostiques des médecins d’alors, pour avancer à son tour l’hypothèse d’un trouble précoce de l’attachement à la mère.

Enfant obstiné, indiscipliné, qui  de son propre aveu, se sentait rejeté et incompris, « un espèce de personnage  impossible et suspect, quelqu’un qui n’a pas la confiance (…) » (lettre de juillet 1880), adulte toujours menacé de perdre l’affection de ses proches, Vincent van Gogh aurait souffert tout au long de sa vie, dont on connaît la fin tragique, d’un lien insécure et des effets de la dépression maternelle, lui qui était né un an jour pour jour après la naissance d’un enfant mort-né et portant le même prénom que lui.