Énigmes de la douleur et du plaisir chez le bébé... Et après ?

La prise en compte de la douleur physique du bébé est récente, celle de sa douleur "morale" ou "sociale" est encore bien incertaine. Sans reconnaissance intersubjective, la douleur suscite des réactions diverses : retrait, apathie, agitation psychomotrice ou violences répétées. Au carrefour entre l’organique et le psychique, le sujet et le groupe, l’expérience de la douleur, comme celle du plaisir, pourrait-elle se comprendre  selon le paradigme du partage précoce des affects entre le bébé et les « donneurs de soins » ?

Avec Maurice GODELIER (anthroplogue, CNRS, EHESS, Paris), Nicolas MATHEVON (Professeur, ethologue, IUF, Institut des Neurosciences Paris-Saclay, Saint-Etienne), Jean-François GUERIN (Professeur, HCL, Vice Doyen Université Lyon 1, Président Comité d'Ethique), Olivier COMPTE (HDR, School of Economics, Paris), François MAUGIERE (Professeur émérite, Neurologie Fonctionnelle et Épileptologie, Université Lyon1, Fondation Neurodis), Nicolas GEORGIEFF (Professeur, ITTAC, Université Lyon 1), René ROUSSILLON (Psychanalyste, CRPPC, Lyon), Bernard DUPLAN (Chef de Service en pédiatrie Annecy)  ...

La douleur n’a pas bonne presse !

Elle est même « scandaleuse » tant elle bat en brèche et offense nos tentatives successives d’organisation, individuelles et sociétales. Elle pulvérise les progrès de l’individuation et le contrôle du sujet sur son destin somatique et groupal. Séisme sensoriel, qui engage le sujet sa vie durant, l’expérience de la douleur décontenance et fait voler en éclat les limites.

Car au-dessus d’un certain seuil la douleur perd son caractère de « signal » pour devenir un non-sens (inaccessible à la narration), une expérience sans âge (car renvoyant aux confins de l’être et aux pre-miers corps à corps), sans bienséance ni convenance culturelle, « obscène » en quelque sorte ? La douleur est alors tenue hors champ, frappée par le déni et la forclusion.

A l’instar du plaisir, la douleur serait-elle pourvoyeuse de désordre et de remise en cause des pratiques ?

La dénonciation des douleurs est toujours l’objet d’une certaine militance, d’une subversion. Douleurs physiques et morales des bébés, droit à la douleur du deuil, douleur de l’exclusion et du « traitement silencieux » de l’ostracisme, douleur morale du vieillir, souffrance au travail. Le chiasme de la douleur, carrefour complexe entre le corps et le psychisme, l’individu et le groupe, l’organique et l’esprit, s’avèrerait-il être une voie royale d’exploration de l’intrication psyché-soma ? L’expérience du bébé et du partage précoce des affects avec les « donneurs de soin » est-elle un « bon » paradigme ? Sans validation intersubjective par la reconnaissance d’autrui, la douleur dégénère et confine le sujet douloureux à l’isolement, à l’apathie psychomotrice, à la détresse, à la violence et à la répétition. La douleur comme le plaisir sont profondément inscrits dans la tessiture des premiers liens. Cette requête de validation de la douleur et de ses risques, étayée par des arguments scientifiques d’essence pluri-disciplinaire, est un cap important auquel nous convie ce colloque où interviennent neurologues, obstétriciens, pédiatres, pédopsychiatres, psychologues, psychanalystes, éthologues, et anthropologues.

Comprendre ces enjeux et intervenir dans la période précoce – ce que promeut la WAIMH F - devient un enjeu de santé publique, tant pour les praticiens de terrain - médecins généralistes, pédiatres, obstétriciens, psys.. , que pour l’organisation institutionnelle des soins, et reste un défi pour la recherche.

Vendredi 15 novembre 2019

9h00 : Présentation générale : président de l’Université* ;
Anne BRUN directrice du CRPPC
Denis MELLIER et Michel DUGNAT, co-présidents du groupe WAIMH France
9h15 : Introduction des journées par Joëlle GUGLIELMI-ROCHETTE

Les fondamentaux à propos de la composition de la douleur et du plaisir
Président : Denis MELLIER
9h30 - 10h15 : Maurice GODELIER, L’apport de l’anthropologie : plaisir, désir, douleur
Discutante : Natacha COLLOMB
10h15 - 11h: François MAUGUIERE, Histo-physiologie de la douleur sociale et de l’ostracisme
Discutant : Bernard DUPLAN
11h30 - 12h15 : Jacques DAYAN, Le bon, le bien, le beau : l’intrication psychosomatique en périnatalité
12h15 - 13h : Nicolas MATHEVON, L’apport de l’éthologie dans le mystère des pleurs du bébé
Discutant : Lisa OUSS
Pause déjeuner

Première table ronde : Aux sources de l’intersubjectivité
Présidente : Emmanuelle BONNEVILLE
14h -14h30 : Olivier COMPTE, Protection et autonomie, un modèle d’interaction ?
Discutant : Jacques DAYAN
14h30 -15h : Nicolas GEORGIEFF, Pour une nouvelle théorie de l’esprit chez le bébé
15h - 15h30: : Joëlle GUGLIELMI-ROCHETTE, Pourquoi et comment peut-on parler de douleur morale chez le bébé ?
Discutant : Thomas RABEYRON

Deuxième table ronde : Rétro-prospective pour une prévention « scientifiquement documentée »
Président : Guillaume CEZANNE-BERT
16h30 - 17h : Lisa OUSS & Anne-Marie PERRIN, Plaintes et
douleurs inexpliquées chez l’adolescent ancien bébé
17h - 17h 30 : Magali RAVIT, Genèse des comportements violents. Quid des douleurs intersubjectives précoces ?
Discutant : Denis MELLIER
Discussion générale
FIN des travaux 18h

ASSEMBLEE GENERALE DE L'ASSOCIATION WAIMH France

Samedi 16 novembre 2019

Iatrogénie et nouvelles pratiques « sans douleur » ?
Présidente : Christelle BENONY
9h15 : Conception / Diagnostic prénatal / Accouchement
Jean-François GUERIN, Nouvelles problématiques et éthique dans le domaine de la fertilité et des néo-parentalités
Gynécologue-Obstétricien*
Film Sparadrap commenté par Anne BOISSEL
Discutant : Bérengère BEAUQUIER-MACCOTTA
10h30 : Post-partum immédiat
Sylvie VIAUX-SAVELON, Les risques d’un surdiagnostic prénatal
Sarah BYDLOWSKI Spécificité du post-partum immédiat « une période de marge »
Discutant : Claire SQUIRES
11h45 PAUSE

Malaise et jubilation ?
Présidente: Christelle BENONY
12h15 : René ROUSSILLON, Déceptions narcissiques primaires : causes et devenir.
Discutant : Jacques DAYAN
Contrepoint et conclusion :
Faut-il aller vers des recommandations nationales de « bonnes pratiques » ? Michel DUGNAT
Fin des travaux 13h15
* sous réserves, à préciser

Avec Maurice GODELIER (anthroplogue, CNRS, EHESS, Paris), Nicolas MATHEVON (Professeur, ethologue, IUF, Institut des Neurosciences Paris-Saclay, Saint-Etienne), Jean-François GUERIN (Professeur, HCL, Vice Doyen Université Lyon 1, Président Comité d'Ethique), Olivier COMPTE (HDR, School of Economics, Paris), François MAUGIERE (Professeur émérite, Neurologie Fonctionnelle et Épileptologie, Université Lyon1, Fondation Neurodis), Nicolas GEORGIEFF (Professeur, ITTAC, Université Lyon 1), René ROUSSILLON (Psychanalyste, CRPPC, Lyon), Bernard DUPLAN (Chef de Service en pédiatrie Annecy)  ...

mais aussi Bérangère BEAUQUIER-MACCOTTA (Pédopsychiatre, HDR, Necker-Enfant Malade),  Anne BOISSEL (Maitre de conférence, CRFDP, Rouen), Emmanuelle BONNEVILLE (Maître de conférence, CRPPC, Lyon), Michel BOUZON (Généraliste, Feysin), Sarah BYDLOWSKI (Pédopsychiatre, Association de santé mentale du 13e, Paris), Guillaume, Dr CEZANNE-BERT ( Chef de pôle de pédopsychiatrie, Vinatier, Lyon), Natacha COLLOMB (ethnologue, CNRS, Paris), Jacques DAYAN (Professeur de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, INSERM U1077 Rennes 1),  Michel DUGNAT, Pédopsychiatre, CHU Marseille),  Joêlle GUGLIELMI-ROCHETTE (Psychanalyste, chercheur associé CRPPC, Lyon), Lisa OUSS (Pedopsychiatre, HDR, Paris), Anne-Marie PERRIN (Docteure en psychologue, CRPPC, Lyon), Claire SQUIRES, Psychiatre et psychanalyste, maître de conférences HDR, Université Paris-Diderot), Sylvie VIAUX SAVELON (Pédopsychiatre, Hôpital de la Pitiés Salpétrière, Paris), Magalie RAVIT (Professeur, CRPPC, Lyon), Denis MELLIER, Professeur, Laboratoire de Psychologie, Lyon, Besançon), Thomas RABEYRON (Professeur psychopathologie, Laboratoire InterPsy, Nancy), Christelle VIODE-BENONY (Maître de Conférence, Laboratoire de Psychopathologie et Psychologie Médicale, Dijon)...